(Edited) Centre d’affaires versus espaces de Coworking : quelles différences et pour quels types d’utilisateurs ?

Source (Edited): https://objectif-ville.com/centre-daffaires-versus-espaces-de-coworking-quelles-differences-et-pour-quels-types-dutilisateurs

Les centres d’affaires et les espaces de coworking font partis d’une autre catégorie d’immobilier d’entreprise, dit « alternatif ». Cet immobilier est « alternatif » car il propose une solution différente du marché traditionnel, à la fois dans son modèle économique, dans les fonctionnalités et les prestations qu’il propose à ses clients / utilisateurs, mais aussi dans le cadre de travail qu’il peut offrir. […]

 

Quelles sont les différences entre ces deux types « d’espaces de travail partagés », termes qui inondent le monde de l’immobilier dans la presse et les réseaux sociaux ? Quels sont les avantages et inconvénients de ces espaces pour un utilisateur ?

 
 

        Centre d’affaires Buro Club Champs-Elysées                                Espace de coworking Morning OS Bagnolet

 

Le Centre d’affaires : quelques éléments de contexte et de définition
Les centres d’affaires sont les premiers tiers-lieux à émerger dans le monde de l’immobilier. Leurs origines se retrouvent dans le cœur des métropoles américaines, avant de s’exporter en Europe, notamment en France (Paris), et en Océanie (Australie Sydney).

Deux types de centre d’affaires caractérisent le marché : d’un côté, les grands groupes nationaux et internationaux (BuroClub, Regus par exemple), et de l’autre, un nombre majoritaire de petits centres d’affaires indépendants, pour la plupart actifs depuis les années 90 et 2000 (sources Startway).

PS: Bridges To The Future a ouvert son premier centre d’affaires indépendant en 2021 à Fès

plus de détail: www.firm-circle.com

 

Un contrat de prestation plutôt qu’un bail
Qu’il soit de taille modeste ou de taille conséquente, l’essence même du centre d’affaire est de proposer un espace composé de locaux de toute tailles, entièrement meublés et équipés, généralement cloisonnés, pour une durée déterminée.

Dans la plupart des cas, un contrat de prestation de services est proposé : en effet, la fourniture de prestations de services, dont la mise à disposition de locaux pour de très courtes durées étant l’objet principal du contrat, celui-ci permet donc d’être libre de toute durée minimale de location, qui serait imposée par un bail. Le contrat de prestations de services échappe donc au droit immobilier et au droit commercial sur les baux.

Ces modalités locatives sont propices pour les petites entreprises qui ne souhaitent pas s’engager sur le long terme. Par exemple, qu’il s’agisse d’entreprises installées à l’étranger ou dans une autre région du pays et ayant besoin d’un ancrage local, d’entreprises en transition, connaissant une croissance rapide et dont l’espace actuel devient insuffisant, ou dont les locaux actuels / futurs en travaux (solution d’hébergement transitoire).

 

Quelques prestations « types » que l’on peut retrouver dans un centre d’affaires

1. Location de bureaux isolés ou ouverts, équipés, avec possibilité de louer une salle de réunion ou de réception, selon les besoins, et dont l’entretien et la sécurité sont assurés par le gestionnaire, dans une adresse ou un environnement urbain plutôt prestigieux en général. L’occupant bénéficie également de locaux à la décoration sobre, professionnelle, et qualitative.

2. La domiciliation de l’entreprise, permettant d’installer le siège social. Le centre d’affaires devient ainsi l’adresse commerciale, fiscale, et administrative de l’entreprise. Cette domiciliation est possible par le biais d’un contrat de domiciliation, et doit être signé pour une durée minimale de 3 mois.

3. Des services mutualisés : secrétariat, gestion de courrier, (qui vous soulagent alors du travail administratif), l’accès à un réseau internet de qualité (wifi, Ethernet).

4. Des contrats de prestations de services allant de 3 à 12 mois, plus souples qu’un bail 3/6/9 et incluant 3 mois de préavis.

5. Une implantation dans un ensemble immobilier possédant de grandes surfaces, permettant à l’entreprise d’intégrer d’autres bureaux voisins inoccupés.

 
[…]

L’espace de coworking : un esprit de communauté avant tout
La différence entre centres d’affaires et espaces de coworking peut d’ores et déjà se trouver dans la nature des mots utilisés par chacun des acteurs : les gestionnaires des centres d’affaires mentionneront davantage le terme de « grands bureaux partagés », communément appelés openspace, à l’inverse que des gestionnaires des espaces de coworking qui insisteront plutôt sur la notion « d’espace de travail collaboratif et animé ».

A l’origine, les centres d’affaires proposent des prestations davantage axées sur la mise à disposition d’espaces de bureaux et des services clients connexes, mais l’animation de cet espace n’est pas l’essence même du centre d’affaires : à l’inverse des espaces de coworking, où les principaux arguments de vente sont avant tout la « convivialité », « l’échange », et les « synergies humaines et professionnelles » entre les occupants.

PS: Bridges To The Future a été parmi les premiers coworking spaces dans la ville de Fès (2017) et le seul qui existe toujours

           

              Le nouveau centre d’affaires Bridges Space                     L’espace Coworking Bridges To The Future (2017)
[…]
 

Un public cible initialement différent
En réalité, cette dichotomie cache le fait que les publics cibles sont différents : les espaces de coworking ont plutôt vocation, à l’origine, d’attirer les « freelances » type journalistes, développeurs, graphistes, traducteurs, designers – bien que le développement du nombre d’espaces de coworking tendent à inciter des entreprises plus « traditionnelles » à s’y implanter — quand les centres d’affaires, par leurs cadres plus formels et leurs tarifs plus onéreux, attireront des entreprises ayant une capacité financière plus importante, à l’âge médian plus élevé, avec un effectif salarié parfois plus conséquent.

[…]

In fine, que l’on soit séduit par les centres d’affaires ou les espaces de coworking – dont les différences d’offres, de surfaces et de publics cibles tendent à se réduire – ces tiers-lieux semblent répondre à des besoins exprimés de plus en plus fréquemment par des entreprises existantes ou en création, qui cherchent désormais à délaisser la gestion immobilière et tout ce qui en découle (loyers, charges, assurances, contribution économique territoriale…).

Elles délaissent en conséquence des offres en immobilier d’entreprise traditionnel qu’elles jugent de plus en plus « cloisonnées », que ce soit sur les modalités de bail (3/6/9), ou sur l’environnement de travail qu’il leur est proposé.

Tags:

Categories:

No responses yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.